IAC 1…. ça, c’est fait !

Vendredi 24 février 2012 – L’attente m’a semblé interminable dans cette salle vide, pourtant bien équipée en magazines qui, miracle, ne datent pas de l’été 2007 !

 

THE Spécialiste arrive avec une heure de retard.

Oh ! Mais ils ont oublié ici qu’une femme sous traitement hormonal ressemble à un coureur cycliste dopé ?!!!

Moi dans ma tête c’est le déluge ! J’imagine déjà que mon ovulation est passée, qu’il y a eu un problème avec le recueil de sperme de Monsieur, qu’ils ont inséminé la mauvaise patiente avec MES futurs bébés !

 

Et puis pour la énième fois en quelques semaines, je me déshabille et me revoilà les 4 fers en l’air (sans une once de pudeur, la PMA ça a le mérite de vous décomplexer la pire des chochottes) en train de faire un bébé toute seule !

Ce truc est dingue quand j’y songe !

 

Bref, en 10 secondes l’affaire est dans le sac, ou plutôt, l’élite des zozos est dans le fond de mon utérus : 3.8 millions, mon chéri est un champion. Il m’a dit tout fiérot : c’est quand même le double de la population lyonnaise !

 

Aucune douleur. Je suis restée allongée environ 15 minutes et hop, un détour bien mérité par la pâtisserie du coin et je rejoint mon canapé où j’ai décidé de jouer la grande malade au moins deux jours. Parce que je le vaux bien ! Parce que c’est bien mérité et que j’ai envie de me faire plaindre !

 

Ça c’est l’avantage de la PMA : possibilité d’être chiante sans que Monsieur râle de trop, possibilité d’être très fébrile et par conséquent délaisser à Monsieur la quasi totalité des tâches domestiques, possibilité d’éviter toute activité ou sortie qui m’emmerde (désolée belle maman, on ne va pas pouvoir vous voir ces prochaines semaines).

 

Hi hi hi hi… diable.jpg

Laisser un commentaire