IAC 1… on y est !

Février 2012 – J’angoisse pas mal. Je me rends compte du chemin parcouru en un an. Je me souviens de mes réveils à 7h pile poil pour me mettre un thermomètre dans le derrière,

je me souviens de mes courbes de températures et de toutes ces petites choses que je faisais pour favoriser une grossesse, je me dis qu’il est bien loin ce temps, et que là, on passe aux choses vraiment sérieuses…

 

Je me suis fait tout un monde du traitement hormonal.

Je ne suis pas la seule.

Monsieur, angoissait presque plus que moi… il pense aux changements d’humeur et se dit que combinés à mon sale caractère ça va être chaud à gérer.

Et bien Monsieur s’est trompé ! Moi les piquouses ça me rend euphorique !

Sans rire ! J’ai eu un réel bien-être ! Est-ce lié au fait que désormais je suis encadrée par des magiciens scientifiques ? 

J’aime bien me piquer –yo la junkie !- j’ai l’impression de maîtriser enfin quelque chose dans tout ça.

Et puis j’éprouve une certaine fierté aussi parce que j’ai l’impression de bien m’y prendre (bon c’est pas la mer à boire non plus) et j’ai le sentiment de bien « encaisser » le traitement.

 

Sans oublier que grâce à mes copinautes d’exception, j’ai eu d’excellents conseils sur le déroulement du protocole.

D’ailleurs, un grand merci à Keylia qui m’a communiqué un lien sur une vidéo expliquant comment utiliser le stylo-piqûre : http://hcp.organon.com/start/ifu_puregon_fr_v2.asp?C=93246409836914814815

 

Depuis, même si je sais exactement comment et où me piquer, je ne peux m’empêcher de le faire en regardant le petit film… c’est con mais ça me rassure. J’ai l’impression de pratiquer un acte médical hyper pointu. J’imagine dans mon corps les hormones qui circulent…genre le dessin animé « Il était une fois la vie ».

Il-etait-une-fois-la-vie_432_324.jpg« Et hop, allons gaiement lui booster son ovulation à miss chiante » (dixit les hormones)

 

Petite précision : je vous rassure chères lectrices, ne me suis pas trompée de traitement, je suis bien allée acheter mes piqûres à la pharmacie, pas auprès de ce jeune homme étrange qui rôde au coin de la rue…

h-20-1420863-1234382667-copie-1

Vous constaterez donc que pour moi, la PMA, c’est aussi le début d’une grande activité cérébrale.

J’entends par là : psychotage intensif, imagination débordante, questions en tout genre, changements d’avis et d’humeur toutes les 3 secondes…

Globalement, j’essaye de garder les pieds sur terre. Je ne veux pas trop y croire -peur d’être déçue- mais j’ai peur de ne pas y croire assez et que cela m’empêche de tomber enceinte…

Laisser un commentaire